L’exception marocaine : Tentative d’apagogie

Youssef tente une réponse à l’allegation d’exceptionalisme marocain

By

Partisan avéré du moindre effort et nihilste autoproclamé 2 comments

Wednesday, March 30th, 2011


Pourquoi avoir choisi ce titre, un raisonnement par l’absurde ou apagogie permet de répondre à une problématique n’admettant que deux réponses possibles. Vrai ou Faux. Ce qui nous évite de rentrer dans une sorte de sophisme intellectuel malveillant. Selon le dictionnaire Larousse, une exception est définie ainsi: Ce qui est hors de la loi commune, qui paraît unique ou encore, Personne qui ne ressemble à aucune autre, qui apparaît comme unique ou rare. En raisonnant par l’absurde donc, il suffirait de démontrer qu’il existe un autre pays qui soit mieux loti que nous, ou mieux encore qui nous ressemble, pour réfuter cette thèse assez répandue chez les détracteurs des mouvements populaires « 20 février en exemple ». Facile, il en existe tellement à travers le monde.

D’ailleurs, l’évocation de l’exception est une stratégie bien courante dans les pays soi-disant en voie de développement, une stratégie visant à contenir la grogne populaire, et à donner un semblant de suprématie vis-à-vis de ses semblables. Demandez aux Tunisiens, Libyens, Egyptiens et autres s’ils n’avaient pas droit au même discours.

Ayant dis cela, je vais quand même essayer de déployer un semblant d’argumentaire afin de contrecarrer cette aberration. En parlant d’exception, il est bien sous entendu que nous nous comparons à un ensemble de pays. Je suppose à priori que les pays de la région MENA (Meadle East & North Africa) constituent une base de comparaison valable, vu l’historique de colonisation commun, le rapprochement des dates d’indépendance et finalement la structure sociale.

Bien que le développement de toute nation puisse s’articuler sur plusieurs volets, il me semble intéressant d’axer mon analyse sur l’un d’entre eux qui me paraît être primordial, à savoir le volet Socio-économique. En effet, l’analyse est d’autant plus difficile qu’il s’agisse d’un pays d’ « exception » tel que le Maroc. Un pays ou l’interaction entre les multiples volets est rendue tellement absurde par l’absence de séparation de pouvoir qu’il fini par produire un modèle d’économie politique. Un article de M. Reda Chraibi illustre déjà très bien les trois volets économique, social et politique de façon objective en présentant des indices et critères de classement validés par la communauté internationale. Je n’aurais pas pu faire mieux comme présentation, mais je vais essayer de présenter une autre vision se basant sur ledit volet.

Je vais me concentrer sur trois axes intéressants, et qui définissent le degré de progrès d’une nation, L’éducation, la santé et le niveau de vie. Ces trois axes sont en général englobés dans ce qu’on appelle l’Indice de Développement Humain (IDH). Aussi contestable soit-il, cet indice est une base de comparaison assez intéressante, le Maroc y est classé 130/182. D’ailleurs, en parlant de contestation, le Maroc est bien sur l’un des rares détracteurs de cet indice, en attendant qu’il nous développe un indice plus robuste (C’est une idée que je soumets au Haut Commissariat au Plan « HCP » de Mr Lahlimi, pourquoi pas mettre un chercheur sur le sujet pendant 3 ans ou le temps qu’il faut pour développer un indice plus robuste prenant en compte l’évolution dans le temps et autres variables intéressantes). En attendant, les chercheurs à Oxford (qui nous veulent du mal, bien sur) ont développé un modèle multidimensionnel de pauvreté (http://www.ophi.org.uk/policy/multidimensional-poverty-index/) qui se rajoute à l’IDH, et qui nous accable encore plus. On y trouve notre cher pays de l’exception entre le Djibouti et le Ghana avec 28,5 % de pauvres, et très loin derrière l’Egypte, la Jordanie, la Tunisie et autres pays de la même région. Le HCP nous avait présenté un taux de pauvreté de moins de 10 %, il va falloir nous expliquer la procédure adoptée. Analysons les facteurs qui contribuent le plus à la pauvreté au Maroc (Ou en anglais deprivation plus exactement, puisque cet indice part du principe que la pauvreté est un phénomène multidimensionnel). On y trouve les deux autres facteurs associés, en l’occurrence, l’éducation et la santé qui contribuent à peu prés de 70 %.

C’est évident, bien sur diront certains. Dans ce cas, que fait l’état pour pallier à cette réalité bien connue. Réponse, il construit un TGV au lieu de construire des Ecoles descentes, et des hôpitaux publics potables ou de promouvoir la recherche. Un TGV qui profitera encore aux mêmes personnes, mêmes tranches pour faire encore plus d’affaires et s’accaparer plus de richesses. Par la même, élargir le gap entre les classes sociales. Et c’est encore le contribuable Marocain qui remboursera des crédits à long terme (Avec toutes les contraintes imposées en terme de programmes d’ajustement structurels, de contraintes extérieures, etc…., je ne vais pas trop me disperser quand même sinon nous déborderont sur l’indépendance et autonomie des décisions économique au Maroc, les procédures d’attributions des marchés publiques, la subordination économique et le néocolonialisme).

Le graphe ci-dessus présente les dépenses publiques du Maroc en % du PIB dans les secteurs de la santé (secteur public) (Barres en vert) et de l’éducation (courbe en rouge). Stagnation et décadence sont les mots d’ordre. Where is el Mandjra et ses idées sur la valeur de la connaissance, ou en sommes nous de ses visions qui ont profité à d’autres alors qu’on vocifère encore dans notre coin. Certains me diront que les données ne sont pas complètes ou que la méthode a des lacunes (comme toute méthode), mais jusqu’à présent tous les indices convergent vers les mêmes conclusions, à savoir, une négligence des politiques sociales y compris en matière d’éducation, de santé et de promotion sociale au profit de projets économiques, certes utiles, mais non durables à mon avis.

Cette vision de croissance économique me semble erronée t non durable pour deux raisons :
Politique visant le court terme, et surtout basée sur les investissements étrangers, le tourisme, etc, donc un système de subordination économique avéré.
Négligence de l’aspect humain (et ce n’est pas l’INDH qui va nous contredire, car jusqu’à présent cette initiative est un flop total qui a encore profité aux mêmes) et absence de politique visant une vraie production industrielle et intellectuelle.

Il est primordial de rappeler ici que c’est un long débat sur les modèles de développement social. Devrait-on privilégier une croissance économique qui tirera vers le haut le développement social, ou bien privilégier les projets d’ordre social avec tout ce que ca inclue en terme de restructuration de l’éducation, réformes en matière de santé, environnement, habitat et vivre ensemble afin de recréer une société viable, enthousiaste et capable de produire de la richesse (qu’elle soit substantielle ou intellectuelle), et ainsi tirer la croissance économique vers le haut.

Certes, ce dernier modèle prends plus de temps et est surtout un modèle durable à long terme, mais il est à mon avis le plus valable pour plusieurs raisons. Les couts intangibles en matière de manque d’éducation, de santé et d’habitat digne sont aujourd’hui quantifiables et il s’avère qu’ils sont énormes en termes de perte de productivité, perte d’années de vie au travail, de quotient intellectuel, etc….En conséquence, pertes économiques.

Je donne un simple exemple pour illustrer. Il est aujourd’hui établi que les conditions de vie (habitat, exposition environnementale, etc….) affectent le devenir de la personne durablement, notamment en termes de perte de productivité. Une perte d’un point en termes de quotient intellectuel à l’enfance, coute à la nation entre 520 000 et 881 000 dollars (Korfmacher, 1999) aux USA. Ce chiffre résume juste l’apport de l’exposition environnementale (surtout relative à l’exposition au plomb dans les logements). Si on y rajoute les autres effets sur les comportements violents, la criminalité (Wright, 2009) et autres. On se retrouve avec des couts exorbitants sur l’économie du pays. Avec les couts de la non éducation, ca devient insupportable pour n’importe quelle nation. Ceci est un petit exemple d’illustration, on pourrait raisonner de la même manière sur d’autres domaines. Donc les petits calculs à court terme nous mènent droit vers le mur.

Une politique sociale digne, avec une éducation restructurée, une feuille de route sur le logement social et non économique feront le plus grand bien à ce pays. En tout cas surement beaucoup plus que les politiques bétonnières adoptée. Je reprends une phrase de l’article de Mr. Chraibi : « le développement d’un pays ne se mesure pas uniquement à la quantité de béton coulé ».

Une vision globale, où l’humain est au centre de la croissance, où le Marocain se développe tout en développant, où tous le monde trouvera son compte est la clé d’une croissance durable, viable et solidaire. Une vision citoyenne choisie par le Marocain et non imposée par des intérêts individuels.

Pour en finir avec l’exception marocaine. Au-delà du fait que nous ne sommes pas une exception (on est loin derrière beaucoup de pays de la région MENA), je rêve de nous voir, nous Marocains élever le seuil de nos comparaisons à l’échelle des meilleures nations. Qu’ont-ils de plus que nous les Suédois, Britanniques ou Danois. Otons de nous ces réflexions racistes. En PLUS, ON a 1200 ANS D’HISTOIRE. WAW.

Swirly divider

Written by

Posted on Wednesday, March 30th, 2011

  • Share on Twitter
  • Facebook
  • E-mail
  • Google Reader
  • Permalink

2 comments on “L’exception marocaine : Tentative d’apagogie”

  1. “Qu’ont-ils de plus que nous les Suédois, Britanniques ou Danois?”

    Tout simplement 1.200 ans d’histoire différente!


    • “Qu’ont-ils de plus que nous les Suédois, Britanniques ou Danois?”

      Une société secularisé.


Leave a comment:

You can use the following XHTML tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Comment moderation is enabled. Your comment may take some time to appear.


Swirly cluster